Alors que le monde se demande comment lutter au mieux contre le changement climatique, nous avons identifié les combustibles fossiles, l'agriculture et la pollution industrielle comme les principaux coupables, mais ces dernières années, la discussion s'est tournée vers la crypto-monnaie. L'exploitation minière, en particulier l'exploitation minière de Bitcoin, utilise une immense quantité d'énergie, tandis que la course entre les crypto-millionnaires potentiels pour construire la plate-forme minière la plus puissante produit beaucoup plus de déchets électroniques que de gros comptes bancaires.

Combien coûte la crypto-monnaie à l'environnement ? L'exploitation minière et les transactions avec la crypto contribuent-elles réellement au changement climatique ? Voici ce que nous savons jusqu'à présent.


Combien d'énergie est trop d'énergie?

L'impact environnemental le plus évident de la cryptographie est l'électricité nécessaire au processus d'extraction, c'est ainsi que de nouvelles pièces numériques sont créées. Alors que la plupart connaissent cela sous le nom de minage de Bitcoin, de nombreuses formes de crypto-monnaie reposent sur le minage. Mais depuis la sortie de Bitcoin, il est devenu de plus en plus difficile de frapper de nouvelles unités monétaires par le biais du minage. C'était par conception, car la monnaie était plafonnée à 21 millions d'unités, donc plus il y a d'unités frappées, moins il y a d'unités disponibles à exploiter et plus il faut de puissance de calcul pour en frapper de nouvelles.

Cette rareté préprogrammée combinée au potentiel de gain financier (un Bitcoin est vaut environ 42 000 $ au moment d'écrire ces lignes, et la récompense actuelle pour l'extraction d'un nouveau bloc est de 6,25 Bitcoin) signifie que plus de personnes utilisent plus d'électricité pour extraire ce qui reste. L'indice de consommation d'électricité de Cambridge Bitcoin estime que l'exploitation minière de Bitcoin consomme plus d'énergie à l'échelle mondiale par an que certains pays, dont les Pays-Bas et le Pakistan.

Empreintes de transactions Bitcoin uniques

(Image : Digiconomiste)

La préoccupation environnementale vient de l'empreinte carbone estimée générée par les centrales électriques fournissant cette énergie. Et ce n'est pas seulement l'exploitation minière qui utilise beaucoup d'énergie – une seule transaction Bitcoin est estimée à brûler 2 292,5 kilowattheures d'électricité, assez pour alimenter un ménage américain typique pendant plus de 78 jours.

L'électricité peut sembler être une source d'énergie propre, mais de nombreux pays brûlent des combustibles fossiles pour la produire, ce qui ajoute au carbone dans l'atmosphère et aggrave le changement climatique. On estime que les États-Unis abritent environ 35% des opérations minières de Bitcoin, selon le Université de Cambridgeet génère 60% de son électricité grâce aux combustibles fossiles.

Il y a aussi la question des déchets électroniques physiques. Des ordinateurs, des cartes graphiques, des plates-formes ASIC spécialement conçues à cet effet, etc., sont utilisés pour l'exploitation minière. Étant donné que l'augmentation de la puissance de calcul se traduit par un avantage dans la course à l'extraction de plus de pièces, les gens améliorent et jettent constamment leur ancien équipement, produisant jusqu'à 30 000 tonnes de déchets électroniques chaque année.


Pourquoi la crypto utilise-t-elle autant d'énergie ?

empreinte bitcoin

(Crédit : Digiconomiste)

Les monnaies numériques ont été conçues pour être difficiles à exploiter et nécessitent beaucoup de puissance de calcul pour être générées afin qu'aucune personne ou groupe ne puisse prendre le contrôle de l'ensemble du réseau. Cette fonctionnalité fait partie de ce qui rend les crypto-monnaies décentralisées, ce qui signifie qu'elles n'ont pas de point de contrôle unique.

Les crypto-monnaies populaires comme Bitcoin et Ethereum fonctionnent sur ce qu'on appelle un système de preuve de travail (PoW), qui repose sur des personnes qui doivent résoudre des équations de difficulté variable pour extraire de nouvelles pièces et ajouter de nouveaux blocs d'informations à la blockchain d'une monnaie numérique. Ce système a été développé, en partie, pour contrer les cyberattaques où une personne crée une multitude de fausses identités et les utilise pour prendre le contrôle de la majorité du réseau.

Parce que tout le monde sur le réseau se bat pour être le premier à résoudre ces équations et à obtenir la récompense monétaire, la personne ayant la plus grande puissance de traitement a les meilleures chances de gagner. Cela amène les gens à mettre en place des plates-formes minières plus grandes (ou même des réseaux de plates-formes minières) qui résolvent les équations plus rapidement. Étant donné que la quantité d'énergie utilisée dépend de la taille du réseau minier, des quantités toujours croissantes d'énergie sont nécessaires pour extraire de nouvelles pièces.

Le prix et la disponibilité de l'électricité peuvent également affecter le volume des opérations d'extraction de crypto-monnaie. Si l'électricité est moins chère dans un pays (ou même une partie d'un pays) qu'un autre, il est logique d'un point de vue commercial d'y centraliser les opérations minières.

Un point important à noter dans la discussion sur l'impact environnemental de la crypto-monnaie est que la quantité d'énergie qu'elle utilise peut ne pas être directement équivalente aux émissions de carbone. Selon le revue de Harvard businessle mix énergétique – ou les sources d'où proviennent les mineurs – affectera les émissions de carbone réelles de l'extraction de crypto-monnaie.

Aux États-Unis, environ 60 % de l'énergie du réseau provient de combustibles fossiles comme le gaz naturel, le charbon et le pétrole. Ainsi, bien qu'il soit prudent de dire que les opérations minières basées aux États-Unis utilisent des combustibles fossiles pour la majorité de leur énergie, cela peut ne pas être le cas pour les opérations basées dans d'autres pays. Compte tenu de la grande quantité d'énergie consommée par Bitcoin, il semble cependant que cela ressemble à couper les cheveux en deux pour dire qu'il ne contribue pas d'une manière ou d'une autre aux gaz à effet de serre.

Les centrales électriques nécessaires au minage de crypto peuvent également avoir un impact sur l'écosystème environnant. Selon la Columbia Climate School, l'usine de Greenidge Generation à Dresden, New York, attire des millions de gallons d'eau pour se refroidir tout en courant, et rejette une partie de cette eau dans le lac Seneca à 30-50 degrés Fahrenheit au-dessus de la température normale, ce qui met en danger la faune.

Recommandé par nos rédacteurs


Pouvons-nous réduire l'impact environnemental de Crypto ?

preuve de participation

(Crédit : Capital.com)

Les efforts pour rendre la crypto plus verte incluent l'utilisation de gaz méthane provenant du forage de combustibles fossiles qui est généralement brûlé et la mise en place d'usines dans des zones où l'énergie éolienne est abondante, comme l'ouest du Texas. Ce sont de bonnes idées en théorie, mais si le prix du Bitcoin devait s'effondrer, il pourrait ne pas être financièrement possible de mettre en œuvre ces projets ou d'autres similaires.

Les développeurs se tournent plutôt vers la conception de futures crypto-monnaies pour réduire les coûts énergétiques, principalement en passant à de nouveaux systèmes de validation qui ne sont pas des preuves de travail. Un exemple qui gagne en popularité est le système de preuve de participation (PoS), qui repose sur la quantité d'une certaine crypto-monnaie qu'un utilisateur a accepté de miser, ou de détenir et de ne pas vendre.

Chaque personne qui accepte de miser de la crypto-monnaie devient un validateur qui peut valider l'authenticité des transactions sur la blockchain de la même manière qu'un mineur le ferait. Ces personnes sont choisies au hasard et un certain nombre de validateurs doivent s'accorder sur les transactions avant d'être ajoutés à la chaîne. Une fois qu'un nouveau bloc est créé, les validateurs sont récompensés par des pièces et conservent les pièces qu'ils ont mises en jeu.

Cela utilise une puissance de calcul réduite par rapport à la course aux équations qui accompagne l'exploitation minière dans un système PoW. Ethereum utilisera bientôt une variante du système PoS pour vérifier de nouveaux blocs sur sa blockchain. D'autres méthodes sont aussi en développementy compris une preuve d'historique, une preuve de temps écoulé, une preuve de brûlure et une preuve de capacité.

Des initiatives comme le Conseil minier Bitcoin et le Accord sur le climat crypto développent également de nouvelles façons de rendre l'extraction de crypto et les transactions plus économes en énergie. Le Crypto Climate Accord a pour objectif déclaré de faire fonctionner toutes les chaînes de blocs sur des énergies entièrement renouvelables d'ici 2025. Certaines opérations minières fonctionnent actuellement sur des énergies renouvelables, mais il est difficile de déterminer un pourcentage exact.

Ces mesures peuvent toutes réduire le coût énergétique de la crypto-monnaie et de l'extraction de crypto, mais les problèmes de déchets électroniques et d'autres conséquences environnementales doivent encore être résolus pour que la crypto-monnaie devienne durable à long terme.

Vous aimez ce que vous lisez ?

Inscrivez vous pour Conseils & Astuces newsletter pour obtenir des conseils d'experts afin de tirer le meilleur parti de votre technologie.

Cette newsletter peut contenir des publicités, des offres ou des liens d'affiliation. L'inscription à une newsletter indique votre consentement à notre Conditions d'utilisation et Politique de confidentialité. Vous pouvez vous désabonner des newsletters à tout moment.

Laisser un commentaire